• Taille du texte: Augmenter +6%
  • Taille du texte: Diminuer -6%

Current Size: 100%

Optimisez la gestion de l’éclairage par la détection de présence communicante

Face à l’augmentation constante du coût de l’énergie, les dispositifs permettant de contrôler et de réduire les consommations connaissent un succès grandissant. Ils contribuent par là même à l’exploitation raisonnée des ressources.
Nous constatons tous un changement de mentalité et de comportement à l’égard de l’énergie. Un changement d’ailleurs encouragé par les pouvoirs publics et par les nouvelles réglementations qui plaident en faveur de plus d’efficacité énergétique et recommandent la mise en œuvre d’équipements permettant de contrôler la consommation.
 
La gestion de l’éclairage public regroupe désormais des outils technologiques permettant l’allumage, l’extinction ou la variation des flux lumineux. Ces technologies se développent depuis les années 2010, avec pour principal objectif l’optimisation de l’éclairage : réduire les consommations énergétiques, les nuisances lumineuses et n’éclairer que lorsque c’est nécessaire.
 
La gestion de l’éclairage s’applique avant tout à la technologie LED et dépend principalement de la fréquentation du lieu à des moments donnés de la soirée et de la nuit. Avec les nouveaux détecteurs de présence, piétons, cyclistes, motards et conducteurs automobiles peuvent être identifiés à partir d’une distance de 10 à 15 mètres, s’ils se déplacent à faible vitesse (cela fonctionne très bien dans une zone 30 par exemple).
 
La technologie de la détection a considérablement évolué et utilise aujourd’hui la transmission d’informations par voie hertzienne et/ou numérique via la WIFI. C’est ainsi qu’il est possible sur une zone de 1 km de distance d’avoir une communication entre chaque point lumineux.
 
Le dispositif de détection est extrêmement souple et s’adapte complètement aux souhaits de la commune : 
 
Toutes les modifications et paramétrages sont envisageables.
 
Les créneaux horaires d’éclairage sont entièrement définis par les communes en fonction des contraintes locales.
 
La commune devient ainsi exemplaire !
 
« Agir aujourd’hui, coûtera moins cher demain ! »
 
Pour ce qui est des communes du Parc Naturel Régional du Gâtinais, il leur est demandé d’arrêter l’éclairage public au minimum 5 heures par nuit. Les communes de Barbizon, La Chapelle-la-Reine, Lumigny-Nesles-Ormeaux ou bien encore Liverdy-en-Brie ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour l’installation de ce dispositif de détecteur de présence communicante. Suite à la matinale d’informations et d’échanges organisée par le SDESM, le 6 décembre dernier, d’autres collectivités ont émis le souhait de pouvoir bénéficier de cette technologie.
 
Il est possible de mettre en place cette installation sur un luminaire LED existant à condition que la platine électronique soit câblée avec la fonction DALI (Digital Addressable Lighting Interface, protocole de communication dédié exclusivement à la gestion de l’éclairage). L’investissement est d’environ 250 à 300 euros par point lumineux, hors luminaire. Les économies sont instantanées et aléatoires pour chaque commune en fonction de la fréquence des passages.
 
Le SDESM subventionne la fourniture et la pose du détecteur à hauteur de 50 % du coût HT. Pour ce qui est de l’acquisition d’une lanterne et d’un détecteur, le Syndicat verse une subvention maximum de 50 % dans la limite de 700 euros HT.
 
Les paramétrages sont effectués par les techniciens du SDESM.
 

 

detection_ep.jpg