• Taille du texte: Augmenter +6%
  • Taille du texte: Diminuer -6%

Current Size: 100%

La programmation des levés topographiques

Le marché en groupement de commandes constitué en juillet 2017 a été notifié en novembre dernier et les premiers bons de commande ont été émis dès la fin de l’année.
 
Ce programme de levés topographiques concerne 69 communes adhérentes du SDESM et se répartit en deux lots. Un premier lot prévoit le relevé de tout le réseau d’éclairage public de la commune, comprenant les câbles souterrains, aériens ainsi que les mâts et armoires de commandes avec une précision inférieure à 40 cm, dans les trois dimensions. Sont aussi concernés les carrefours à feux tricolores SLT (Signalisation Lumineuse de Trafic) et les réseaux de vidéosurveillance. Ces derniers n’ont bien souvent pas fait l’objet de récolement au moment de leur installation, surtout pour ce qui est des systèmes d’ancienne génération. Un autre lot se rapporte aux mêmes missions mais s’intéresse également au levé d’un fond de plan portant sur le domaine public, avec une précision maximum de 40 cm d’écart, donc extrêmement plus précis que le cadastre. 
 
Apparaîtront systématiquement sur le fond de plan, les façades des bâtis jusqu’à une distance de 30 m ainsi que tous les affleurements émergés et visibles au sol. Il est à noter qu’une commune est traitée par un seul prestataire et un interlocuteur unique, sur une période resserrée de trois mois au maximum.
 
La technique de levé de plan employée est innovante (MMS, Mobile Mapping System) et fait notamment appel à des véhicules embarqués (véhicules légers) munis de lasers rotatifs qui tournent à 360° et bombardent de points. Lorsque le laser arrive sur un point, on connaît alors très précisément la distance de la « cible ». Le laser permet la visualisation de nuages de points en trois dimensions. Autre technique employée, la prise de photographies, toujours à bord du véhicule embarqué, de chaque côté de la rue. Chaque photographie fait l’objet d’un géo-référencement en 3D. Quant à eux, les procédés de détection et de référencement des réseaux d’éclairage public sont non intrusifs, ne perturbent pas le fonctionnement et ne nécessitent pas de tranchées ni de fouilles.
 
Les entreprises retenues sont PARERA, basée dans le Gers, et ADRÉ dont le siège est à Bordeaux. Elles interviendront sur le domaine public avec du matériel logoté et n’entraîneront quasiment pas de perturbations de circulation (la vitesse moyenne des véhicules embarqués sera entre 30 et 50 km/heure).
 
Il appartiendra aux communes d’informer les riverains en amont du passage du prestataire et de rappeler les interdictions ponctuelles de restriction de stationnement. Le phasage sera proposé par le SDESM et le programme s’étalera sur une période de deux ans et demi.
 
Toutes les données collectées seront intégrées dans le portail SIG du Syndicat, en libre consultation par la commune concernée. Les informations pourront aussi faire l’objet d’une transmission directe aux collectivités qui en feront la demande. Le fond de plan a bien évidemment vocation à être réutilisé et l’ensemble des données appartiendront aux communes. Elles ne seront pas diffusées.
 
Grâce à l’effet de masse du groupement de commandes, le SDESM a pu obtenir des prix entre 30 à 50 % moins cher par rapport à l’estimation initiale.
 
adre_baf_dsc_1059.jpg