• Taille du texte: Augmenter +6%
  • Taille du texte: Diminuer -6%

Current Size: 100%

Le solaire photovoltaïque

L’énergie solaire photovoltaïque a connu un développement chaotique en France depuis le milieu des années 2000. Malgré cela, cette filière a continué à croitre jusqu’à devenir aujourd’hui la troisième source d’énergie renouvelable du mix électrique français après l’hydraulique et l’éolien.

Aujourd’hui trois mécanismes régissent le développement de l’énergie solaire photovoltaïque en France :

  • Le tarif d’obligation d’achat pour les installations inférieures à 100 kWc

Ce tarif est fixé par l’état sur proposition de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) et réévalué trimestriellement. Dans les faits, il n’existe pas un tarif mais quatre ; pour les installations intégrées au bâti (<9kWc), les intégrations simplifiées au bâti (<36kWc), les installations simplifiées au bâti (>36kWc) et les installations au sol.

  • Le complément de rémunération pour les installations supérieures à 100 kWc

Par ce système, le porteur de projet négocie la vente de sa production électrique sur le marché et l’état vient uniquement apporter un complément de rémunération calculé sur une base fixe de tarif de vente. Ce principe est très proche du tarif d’obligation d’achat, il impose cependant au producteur de rechercher des contrats de vente de sa production en direct.

  • Les appels d’offres pour les grandes centrales supérieures à 250 kWc

L’État s’appuie sur la CRE pour lancer tous les ans un appel d’offres portant sur un volume de projet. Les porteurs de projet répondent à l’appel d’offres en présentant une offre de tarif de rachat. Les tarifs les plus compétitifs sont retenus.

La situation de la Seine-et-Marne et son gisement solaire limitent fortement la faisabilité des projets, cependant quelques critères permettent de sélectionner les projets présentant un potentiel de rentabilité.

 

Accompagnement du SDESM

Le SDESM réalise depuis fin 2015, des études de faisabilité sur des projets photovoltaïques portés par ses communes adhérentes. Suite aux premières études réalisées, le SDESM a monté une grille de critères permettant de cibler les études sur les projets présentant un minimum de potentiel de rentabilité.

Une fois l’étude achevée et rendue à la commune, le SDESM peut continuer son accompagnement en devenant porteur de projet notamment à partir de 2017 au travers de sa SEM énergie (lien vers « un outil pour les communes : la SEM multiprojet »)